Remèdes aux maux de gorge

Hiver, maux de gorge, au lieu de prendre des médicaments qui vont diminuer vos défenses naturelles .
Verser du thé  vert dans un bocal… combiner à des tranches de citron, du miel et du gingembre si possible coupé en tranches.
Fermer le récipient et le mettre dans le réfrigérateur, une gelée se forme.
Pour servir, prendre une cuillère de cette gelée dans une tasse et versez de l’eau bouillante dessus.
Conservez au réfrigérateur 2-3 mois. Et la vous avez un remède naturel contre les maux de gorges

Le miel est reconnu par la science, comme étant un remède pour de nombreux maux qui touchent l’être humain.

 

Publication médication, remède | Mots clefs , , , | Laissez un commentaire

Savoir calculer pour mieux mémoriser

Publication alimentation, assiette santé | Mots clefs , , , | Laissez un commentaire

Les anti-oxydants ne sont pas tous aussi efficaces que le libellé le dit


Les anti-oxydants ne sont pas tous aussi efficaces que  le libellé le dit. Des tests  le prouvent . Ne livrez pas votre santé  à  de la qualité médiocre et au plus bas offrant . Vous  et vos cellules méritez  ce qu’il y a de mieux , pour plus d’infos, contactez-moi   et je vous mettrai sur une piste  de QUALITÉ

 

Publication antioxydant | Mots clefs , | Laissez un commentaire

Sent-bon: désodorisants ou polluants?


Par Isabelle Ducas

En tentant de chasser les mauvaises odeurs de la maison, vous y introduisez peut-être des substances nocives pour la santé.
On trouve certains parfums d’intérieur sous forme de chandelles; d’autres se branchent ou fonctionnent à piles, propulsant un jet à intervalles réguliers, alors que d’autres encore sont dotés d’un détecteur de mouvement ou même d’un détecteur de mauvaises odeurs qu’ils tentent aussitôt de masquer.
Les trois quarts des ménages américains utilisent des «sent-bon». Au cours de la dernière décennie, leurs ventes ont augmenté de 6 % par année, pour atteindre un total de 3,3 milliards de dollars en 2010 chez nos voisins du Sud, selon la firme de marketing Kline & Company.
Les consommateurs, qui ont réduit leurs dépenses depuis la récession et font moins de sorties, voient dans ces produits une façon peu coûteuse d’améliorer leur intérieur.
Pourtant, depuis quelques années, les parfums d’intérieur ont mauvaise presse. «Des études ont démontré que, comme de nombreux produits parfumés, ils contiennent des substances chimiques, dont l’utilisation est liée à plusieurs problèmes de santé comme le cancer ou des problèmes respiratoires», explique Rick Smith, directeur d’Environmental Defence Canada, un groupe qui milite pour une meilleure réglementation des ingrédients utilisés pour fabriquer des produits de consommation.
Plusieurs organismes tels que la Direction de santé publique du Québec et la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) recommandent carrément aux consommateurs de ne pas utiliser de désodorisants pour la maison.
Santé Canada ne fait toutefois au¬cune mise en garde particulière au sujet de ces produits. L’organisme indique seulement que «certaines personnes particulièrement sensibles aux polluants chimiques» peuvent être incommodées par les désodorisants d’intérieur.
La plus récente phase de son Plan de gestion des produits chimiques (PGPC), annoncée en octobre 2011, prévoit l’examen de centaines de substances chimiques présentes dans les produits de consommation, indique Olivia Caron, porte-parole de Santé Canada. «Si une substance présente un risque pour les consommateurs ou l’environnement, le gouvernement prendra les mesures qui s’imposent pour atténuer ce risque», explique-t-elle.
Des études alarmantes
En attendant, plusieurs recherches indépendantes sur la composition des chasse-odeurs donnent aux consommateurs des raisons de s’inquiéter. L’une des dernières, publiée en 2010 par une ingénieure en environnement de l’Université de Washington, Anne Steinemann, fait état d’une trentaine de substances toxiques trouvées dans 25 désodorisants d’intérieur et autres produits parfumés d’entretien ménager et de soins personnels.
Certaines de ces substances, comme le formaldéhyde et le chlorure de méthylène, sont des cancérigènes potentiels. D’autres peuvent provoquer des problèmes de fertilité, des irritations des yeux ou de la peau, des étourdissements, des maux de tête, des nausées, de l’asthme ou divers problèmes respiratoires.
D’autres études menées aux États-Unis et en Europe au cours des dix dernières années pointent du doigt les phtalates, un groupe de produits chimiques accusés de perturber le sys¬tème endocrinien et de causer des cancers.
Un rapport publié en 2007 par le Natural Resources Defense Council souligne que, parmi 14 désodorisants choisis au hasard, 12 contenaient des phtalates, utilisés pour prolonger l’effet des parfums. On retrouve ces substances tant dans les produits à vaporiser que dans les gels ou les huiles. Les phtalates seraient particulièrement présents dans les appareils que l’on branche pour chauffer une huile et en diffuser l’odeur.
Santé Canada affirme «surveiller étroitement les données scientifiques sur ces ingrédients», précisant que certains phtalates seront évalués en priorité dans son PGPC. «Mais jusqu’à maintenant, Santé Canada a déterminé qu’un seul phtalate pose un risque pour la santé humaine, soit le DEHP, une substance qui n’est pas présente dans les assainisseurs d’air», soutient Olivia Caron.
«Naturels», mais pas toujours inoffensifs
Même des produits qui semblent a priori plus naturels soulèvent des doutes. D’après l’Union fédérale des consommateurs, une association française, l’encens, le papier d’Arménie et la lampe Berger peuvent émettre entre autres des phtalates, du benzène, du ¬formaldéhyde (trois cancérigènes potentiels) ou du toluène (qui affecterait le système nerveux).
Et les chandelles parfumées, qui semblent bien inoffensives? Elles dégageraient les mêmes substances. En plus, leur combustion libère de la suie, dommageable pour la qualité de l’air.
Les huiles essentielles ne seraient pas en reste: certaines diffuseraient des terpènes, substances irritantes – d’ailleurs, plusieurs des huiles vendues dans le commerce sont en réalité des produits synthétiques.
À cause des préoccupations grandissantes des consommateurs quant aux effets de ces produits sur leur santé, les fabricants développent de nouvelles formules, mais les mentions «bio» ou «naturel» sur les emballages ne garantissent pas l’absence de nocivité, selon l’étude d’Anne Steinemann.
pour voir l’article au complet: http://www.protegez-vous.ca/maison-et-environnement/sent-bon-desodorisants-ou-polluants.html

Toutes ces infos et bien plus encore se retrouvent dans le livre « La santé chez soi ». N’hésitez pas à vous le procurer pour faire le vrai grand-ménage de printemps 2012. Les récentes connaissances nous prouvent l’urgence de faire des petits et grands pas afin de préserver notre santé et aussi la retrouver …. pour commander un exemplaire au coût de 25 dollars plus frais de postage ,visitez cette page :http://www.coachsante.ca/toxicite/

Publication toxicité | Mots clefs , | Laissez un commentaire

Protégez votre coeur

Publication maladies du coeur, maladies du coeur, minéraux, supplémentation, vitamine | Mots clefs | Laissez un commentaire

Tant que nos institutions ne travailleront pas sur les causes et la prévention, nous continuerons à soigner et opérer les foules…..

Publication alimentation, médication, toxicité | Mots clefs , , , , | Laissez un commentaire

L’Assemblée Nationale de la France a récemment voté une loi visant à interdire l’utilisation des parabènes, pour des raisons de toxicité sur la santé.


Voici donc l’exposé que les députés ont exposé à l’Assemblée nationale :

Messieurs, Mesdames

Les parabènes sont des conservateurs chimiques largement utilisés : ils entreraient dans la composition de plus de 80 % des cosmétiques (shampooings, crèmes, mousses à raser…) et on les trouve aussi dans l’alimentation et même dans les médicaments. Les plus couramment utilisés sont le méthyl-, l’ethyl-, le propyl- et le butylparaben.

Les parabènes sont suspectés de provoquer chez les femmes des cancers du sein et d’être néfastes à la fertilité masculine. Des expériences ont en effet montré qu’à long terme les parabènes perturbent le système endocrinien, notamment les hormones sexuelles.

Pour des produits aussi largement utilisés, le principe de précaution est la règle, même si aucune étude scientifiquement fondée n’a encore démontré un vrai danger. Il est de fait que nous n’avons aucun recul sur les effets des parabènes à long terme.

Or des produits de substitution existent pour les parabènes : des conservateurs naturels, utilisés notamment dans les cosmétiques « bio ».

Par ailleurs, l’exposition aux alkylphénols peut également être nuisible. Les alkylphénols sont généralement incorporés comme agents émulsifiants dans les cosmétiques. Le plus dangereux serait le nonylphénol dont l’activité hormonale (œstrogène) est prouvée, risquant de dégrader la qualité du sperme et de provoquer des atteintes à l’ADN.

Certes, pour ces trois types de composants, les industriels affirment leur totale innocuité aux doses présentes dans les produits. Mais ce n’est pas la dose de parabène ou de phtalate dans une crème hydratante qui est cause, c’est en réalité son accumulation dans l’organisme.

Il apparaît donc nécessaire de réduire l’exposition de la population à ces molécules, au nom du principe de précaution, dès aujourd’hui, sans attendre les résultats d’études à venir.

Ainsi cette proposition de loi vise-t-elle, au nom du principe de précaution, à interdire les phtalates, les parabènes et les alkylphénols.

PROPOSITION DE LOI

Article unique

La fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols sont interdites.

source : http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/propositions/pion2738.pdf

À quand le Canada emboitera-t-il le pas????

NDLR ; Depuis maintenant plus de 11 ans, je me sens en sécurité, car j’ai fait le choix d’investir pour ma santé en ne prenant aucun produit qui touche ma peau et qui contient des parabènes. Je vous les recommande fortement et je peux vous indiquer comment vous les procurer, ils ne sont pas dispendieux rapport qualité/prix, ils ont même été récipiendaires de plusieurs prix .
Contactez-moi et essayez-les pour quelques mois et vous ne pourrez plus vous en passer.

Maryse Duquette, passionnée de santé

Publication parabènes, toxicité | Mots clefs , , , , , , | Laissez un commentaire

Maladies dégénératives….il faut voir !

En 2003, Terry Wahls, MD, a été diagnostiquée avec la sclérose en plaques progressive secondaire, et est rapidement devenu dépendante d’un fauteuil roulant inclinable . Après le développement et l’utilisation du protocole Wahls, elle est maintenant capable de marcher à travers l’hôpital et se rendre au travail en vélo. Elle utilise désormais la nutrition intensive dirigée dans ses soins primaires dans les cliniques pour  lésions cérébrales traumatiques. Dr Wahls est le chercheur principal dans un essai clinique testant son protocole dans d’autres personnes  atteintes de SP progressive. si vous aimeriez en jaser et  que vous aimeriez que je vous propose une qualité de produits cellulaires , cela me fera sincèrement  plaisir  de  devenir complice de votre mieux-être .

Maryse , coachsante

Publication alimentation, oméga 3, sclérose en plaque, toxicité | Mots clefs , , , , | Laissez un commentaire

Le persil pour détoxifier vos reins

Durant des années, nos reins filtrent le sang de tout élément toxique pour notre système. Avec le temps, malgré leur expulsion dans les urines, sel et toxines s’y accumulent et il est bon de les nettoyer pour éliminer tous ces résidus. Comment faire?
Le persil est le meilleur traitement naturel:
Prendre une poignée (20gr) de persil frais même les tiges, bien le laver, le couper en petits tronçons et le jeter dans une casserole que l’on remplit d’1/2 litre d’eau, amener le tout à ébullition et laisser bouillir durant 3 minutes, retirer du feu et laisser reposer dans la casserole avec couvercle durant 10 minutes. Laisser refroidir, filtrer et conserver au frais.
Durant 2 semaines, boire quotidiennement un verre qui peut être sucré avec du miel.
Faire cette cure 3x/an.
En cas de maladie rénale, demandez l’avis du médecin avant de l’utiliser !

Cette même décoction agit aussi sur les troubles de la circulation, sur les rhumatismes et en cas de règles douloureuses. En lotion sur le visage, elle purifie le teint !

En cas de digestion difficile, prendre 2 branches de persil, les faire bouillir avec une grande tasse d’eau, filtrer et boire chaud après le repas, éventuellement sucré au miel.

Publication alimentation, recettes | Mots clefs , | Laissez un commentaire

Le sirop d’érable, un remède pour la santé du foie?

La consommation de sirop d’érable inciterait les gènes nuisibles du foie à devenir moins actifs.

C’est ce que révèle une étude d’une université japonaise, un pays qui apprécie le sirop d’érable.
Les antioxydants du sirop d’érable favoriseraient le métabolisme du glucose et la sécrétion d’insuline, ce qui combattrait le diabète. Deux groupes de rats ont été soumis à des régimes parallèles : les premiers ont reçu une alimentation composée à 20 % de sirop d’érable pur, les autres ont reçu dans la même proportion un simple sirop sucré. Dix jours plus tard, les rats consommant du sirop d’érable pur à 100 % du Canada montraient une baisse importante des taux sanguins d’enzymes AST, ALT et LDH, ce qui est un signe de meilleur fonctionnement du foie.
L’étude démontre ainsi que c’est grâce au sirop d’érable que des rats de laboratoire en bonne santé ont obtenu de bien meilleurs résultats aux tests de fonctions hépatiques que les rats des groupes témoins suivant un régime comprenant un mélange de sirop au contenu en sucre semblable à celui du sirop d’érable, mais sans les composés bénéfiques de ce dernier.
Les résultats ont été publiés dans l’édition de novembre 2011 de Bioscience, Biotechnology and Biochemistry. Selon la Fondation canadienne du foie, il existe plus de 100 maladies différentes du foie, touchant environ un Canadien sur dix, incluant hommes, femmes et enfants.
Source : http://www.lesoleildelafloride.com/

Publication alimentation | Mots clefs , , , , | Laissez un commentaire

10 substances qui perturbent nos hormones

1. Le BHA et le BHT

Vous avez acheté de délicieuses pâtisseries et vous vous demandez comment elles peuvent si bien se conserver? Il y a peut-être anguille sous roche… ou plutôt du BHA dans la pâte! Comme le BHT (butylhydroxytoluène), le BHA (hydroxyanisol butylé) est un additif alimentaire qui évite aux corps gras de rancir. Ces antioxydants peuvent être présents dans une foule d’aliments comme la margarine, les chips, les céréales, les soupes ou légumes déshydratés, l’huile végétale, la gomme à mâcher. Mais ce n’est pas tout : ils font aussi partie des ingrédients de plusieurs cosmétiques, crèmes et lotions hydratantes. Côté hormonal, leur impact précis est encore méconnu mais il est prouvé qu’ils imitent l’action des œstrogènes.

2. Les phtalates

Les phtalates peuvent bloquer la production de testostérone et nuire au système reproducteur masculin. Lorsqu’ils sont libérés dans l’air ambiant, ils s’intègrent à la poussière. Ils peuvent aussi entrer dans l’organisme par la peau, au contact d’objets ou de produits qui -souvent à notre insu et sans mention sur l’étiquette- en contiennent. Parmi ceux-ci, on compte de nombreux cosmétiques, parfums, et une panoplie de produits d’entretien et de soins personnels parfumés.
Les phtalates sont également ajoutés aux plastiques de type vinyle ou PVC pour les assouplir. Beaucoup de jouets, rideaux de douche et emballages alimentaires sont fabriqués avec ce plastique. Bon à savoir : le code de recyclage 3 identifie des plastiques de PVC.

3. Le Bisphénol A (BPA)

En plus des biberons dont on a beaucoup entendu parler, certaines bouteilles de distributeur d’eau, conserves d’aliments et canettes peuvent contenir du Bisphénol A. Ce composé chimique se niche en effet dans le plastique polycarbonate -identifié par le code de recyclage 7 (PC)- et dans les résines époxy qui revêtent l’intérieur de divers contenants en aluminium. Le BPA a des effets semblables à l’œstrogène. Les femmes enceintes (les fœtus) ainsi que les nourrissons sont les plus vulnérables…

4. Les retardateurs de flamme bromés

Les retardateurs de flamme PBDE sont utilisés en industrie pour rendre certains matériaux à l’épreuve du feu. On en retrouve dans de nombreux appareils électriques et électroniques, dans les automobiles, dans certains meubles rembourrés, matelas et tapis. Ils sont interdits en Europe depuis 2004. En Amérique du Nord, les fabricants les utilisent de moins en moins. Malgré cela, peu de foyers en sont exempts et beaucoup de PBDE s’accumulent dans la poussière. Ces substances chimiques interfèrent avec les hormones thyroïdiennes.

5. Les parabènes

Pour que les aliments ainsi que les petits pots de crème et autres produits cosmétiques ou d’hygiène (mousses à raser, shampoings, déodorants, etc.) se conservent plus longtemps, on y ajoute des parabènes. Leurs effets sur la santé? On s’inquiète qu’ils puissent agir comme de l’œstrogène, être cancérigènes ou encore affecter la fertilité. Mais cette toxicité n’est pas prouvée et l’utilisation industrielle des parabènes reste «légale». On voit toutefois sur le marché de plus en plus de cosmétiques étiquetés «sans parabènes»…

6. Le triclosan

Voilà une autre substance chimique présente dans divers produits de votre salle de bain! Cette fois, c’est la glande thyroïde qui est mise à l’épreuve…

7. Le téflon et les composés perfluorés (PFC)

Lorsqu’on entend parler de téflon, on pense aux poêles antiadhésives. Mais il n’y a pas que ces poêles qui contiennent des PFC. Il y a aussi les emballages alimentaires cirés, certains vêtements performants imperméabilisés, des traitements antitaches ainsi qu’une multitude d’objets domestiques. Les PFC sont cancérigènes et perturbent le fonctionnement de la thyroïde.

8. Les alkylphénols

Les alkylphénols (nonoxynols, nonylphénols, octylphénols) sont présents dans les pesticides, mais aussi dans certains produits de soins corporels, dans des teintures pour cheveux, des shampoings, des cosmétiques, des détergents et divers produits industriels. Les alkylphénols miment les œstrogènes. Leurs effets nocifs ont été observés sur les poissons.

9. Les pesticides

Des résidus de pesticides peuvent subsister sur les fruits et légumes que vous achetez. Un conseil pour les éviter : simplement bien laver ces fruits et légumes ou encore, manger bio. C’est dans la famille des pesticides qu’on retrouve le plus de perturbateurs hormonaux… dont les alkylphénols.

10. Les métaux lourds

Les métaux lourds comme le plomb, le mercure et le cadmium sont particulièrement toxiques. Pourtant, une récente enquête du regroupement américain de consommateurs Ecology Center a révélé qu’on continue d’en trouver au-delà des limites permises dans plusieurs jouets vendus en Amérique du Nord…
Parmi les autres sources potentielles de métaux lourds : des plombages dentaires, certains poissons et fruits de mer, des thermomètres, des piles, des ampoules, des ordinateurs, la poussière, la pollution et l’eau potable…

Par Delphine Vandycke, MSN Style de vie

Pour aller plus loin, visionnez le résumé du livre ou vous pouvez aussi vous le procurer en cliquant sur le court vidéo qui suit :

Publication toxicité | Mots clefs , , , , , , , , , , , , | Laissez un commentaire

Mes meilleures voeux de santé

Publication activité physique | Mots clefs | Laissez un commentaire

Lutter contre le flétrissement de notre peau

flétrissement de la peau

L’eau, pour votre beauté

L’eau est indispensable à la vie (voir lien sur coachsante.ca), mais elle agit aussi directement sur l’éclat de la peau. Boire insuffisamment flétrirait la beauté naturelle de la peau. Comment lutter contre le flétrissement de la peau?
Il est nécessaire de boire environ 1,5 litre d’eau par jour pour le fonctionnement des différents métabolismes cellulaires.  Mais comment cette consommation peut-elle avoir une incidence directe sur la peau ?
Le corps consomme et élimine plus de deux litres d’eau quotidiennement.  Boire 1,5 litre par jour est donc un minimum car cela permet de combler la perte d’eau. A défaut, des effets indésirables ne tardent pas à être ressentis, la peau perd sa souplesse,   devient flétrie ou « fripée » et devient plus terne. Cette dernière réaction est dû à l’accumulation de différentes toxines. En effet, boire de l’eau permet d’évacuer ces toxines en partie par les urines.
On s’interroge alors sur l’eau qu’il est bon de consommer : de source, osmose inversée , distillée, minérale,  du robinet?  Peu importe, le principal étant de boire. Mais il est fortement conseillé de boire les eaux les plus pures et de changer régulièrement afin d’avoir un apport suffisant en minéraux et oligoéléments. Il peut être toutefois préconisé de limiter les eaux largement minéralisées. Les infusions et le thé vert antioxydant sont très utiles à l’organisme à condition de ne pas les sucrer.
Enfin, au réveil, boire un à deux verres d’eau à jeûn est une solution radicale pour aider au déstockage des toxines. C’est encore mieux si on ajoute un citron pressé dans un verre d’eau tiède dès le saut du lit : résultats étonnants au bout de quelques jours, y compris sur le transit intestinal qui peut, en cas de mauvais fonctionnement, ternir la beauté de la peau. Après une bonne semaine d’hydratation suffisante, le résultat devrait être constaté : amélioration de l’état général de la peau du visage et du corps, puis à plus long terme, ralentissement de l’évolution des ridules.
Sources : http://bien-etre.excite.fr

Publication eau, soin de la peau | Mots clefs , , , , , | Laissez un commentaire

La vitamine D indispensable…

vitamine d
vitamine d

Publication supplémentation, vitamine | Mots clefs , , | Laissez un commentaire

Vos cosmétiques sont-ils sécuritaires.

« L’histoire des cosmétiques », publié le 21 Juillet 2010, nous fait prendre conscience de l’utilisation perverse de produits chimiques toxiques dans nos produits de soins personnels, allant du rouge à lèvres au shampoing pour bébé.

Produit avec Free Range Studios et hébergé par Annie Leonard, le film de sept minutes par l’histoire du projet « Stuff » dénonce les implications pour la santé des consommateurs et des travailleurs ainsi que pour l’environnement Aussi, il décrit comment nous pouvons avancer dans l’industrie loin des produits chimiques dangereux loin et comment se diriger vers des alternatives plus sécuritaire .

Publication cancer, parabènes, poison, soin de la peau | Mots clefs , , | Laissez un commentaire

De la vraie énergie bonne pour votre santé.

Publication boisson énergisante, Énergie | Mots clefs , , | Laissez un commentaire

Prendre soin de sa peau

Publication sensé, soin de la peau | Mots clefs , | Laissez un commentaire

SAUVER SA PEAU ….



Depuis quelques années, la santé et l’environnement sont devenus des préoccupations importantes pour les consommateurs. Quoi de plus normal, alors, que de se poser la question sur les effets à long terme de l’utilisation des produits de beauté? Les rouges à lèves, fonds de teint et autres fards à paupières sont-ils aussi sains que le prétendent les grandes compagnies cosmétiques?

Pas facile de se renseigner sur les produits de beauté qu’on utilise tous les jours. Les étiquettes minuscules enchaînent les ingrédients au nom imprononçable, et à moins d’être un chimiste aguerri, la composition de notre rouge à lèvres reste totalement incompréhensible.

Heureusement, le documentaire Sauver sa peau, réalisé par Paul Carrière, tente de faire la lumière sur le contenu des produits cosmétiques, et sur leurs effets sur la santé. En se renseignant auprès des grandes compagnies cosmétiques, des chercheurs et des groupes de pression, on dresse un portrait inquiétant de la situation actuelle. 

Que du court terme

Pour l’industrie des cosmétiques, qui récolte 250 milliards de dollars par an, les effets secondaires sont exclus: afin d’éviter les rougeurs et les irritations qui feraient fuir leurs clientes, L’Oréal, Avon et autres Lise Watier s’attachent le service de scientifiques qui s’assurent que leurs produits sont sains. Pour certaines personnes, comme l’ancien ministre de la Santé du Manitoba Darren Praznik, cet argument suffit à calmer leurs inquiétudes. Marie-France Corre, consultante indépendante en consommation, souligne cependant que personne ne connaît l’impact, à long terme, de ces produits de composition chimique.

Toutefois, même si les preuves scientifiques se font attendre, certains organismes ont déjà déterminé une corrélation directe entre la détérioration de la santé et les produits contenus dans les produits de beauté. Par exemple, on a remarqué un taux anormalement élevé d’asthme, de cancers et de fausses couches chez les employées des manucures, qui respirent chaque jour le fameux «trio toxique» qu’on retrouve dans les vernis et les dissolvants. Les coiffeuses auraient également trois fois plus de chances que toute autre femme de contracter un cancer.

À la rescousse des frimousses

Afin d’aider les gouvernements dans leurs tentatives de protéger les consommateurs, des organismes indépendants, tels que Skin Deep, informent les gens sur les ingrédients et la toxicité de chaque produit. La Campain for Safe Cosmetics et d’autres groupes ont également réussi, à force de pressions, à faire disparaître le trio toxique et les parabènes (reliés au cancer du sein) des lignes cosmétiques de certaines compagnies. Mais ces organismes seraient-ils en pleine campagne de peur? Il est effectivement possible de se poser la question, puisque aucune sérieuse ne porte actuellement sur le sujet.

Entre la peur, la prévention et l’insouciance, il n’y a pas beaucoup de marge, surtout dans une situation où les données sont manquantes. Finalement, peut-être faudra-t-il attendre la sortie des premières études scientifiques pour se faire une idée claire? D’ici la publication de ces études, le documentaire Sauver sa peausaura fournir assez d’éléments pour qu’on puisse se faire une idée approximative du danger de se maquiller tous les matins.

Sources : Alexe-Sandra Daigneault / TVHebdo – 2011-06-22 11:53:07

Publication cancer, parabènes, sensé, soin de la peau | Mots clefs , , , , , , | Laissez un commentaire

Assiette santé basée sur les plus récentes découvertes scientifiques.

Pour les recevoir en format PDF : healthy-eating-plate

Healthy-Eating-Pyramid-handout

Publication activité physique, alimentation, antioxydant, assiette santé, eau, Poids santé, pyramide alimentaire, supplémentation, vitamine | Mots clefs , , , , , , , | Laissez un commentaire

Il faut agir….

Faites passer le message,pour la santé de vous et vos proches:

mercola.fileburst.com_PDF_FAN_FAN-poster-colored

Publication poison | Mots clefs , | Laissez un commentaire