LES BOISSONS ÉNERGISANTES

Le groupe de recherche et d’intervention psychosociale (GRIP) de Montréal lance un outil d’information sur les boissons énergisantes à l’intention des jeunes.
Ces boissons, comme Red Bull et Guru, qui sont très populaires auprès des jeunes, peuvent présenter des dangers, prévient le GRIP. Bien peu de consommateurs sont toutefois au courant de ces dangers.

Le GRIP entend profiter de la Semaine de la prévention de la toxicomanie au Québec pour changer la donne.
« Il faut faire une réflexion rapidement sur les règles encadrant la vente et la distribution, un peu comme on a fait pour les cigarettes: peut-être mettre des avertissements plus gros et éviter des étiquettes sexy comme  » produit naturel de santé » qui envoient un mauvais message », explique Jean-Sébastien Fallu, président du GRIP.

Le GRIP a conçu une affiche qui détaille les ingrédients retrouvés dans les différentes marques de boissons énergisantes comme la caféine, le guarana et la taurine. L’affiche compare aussi ces ingrédients à ceux qu’on retrouve dans une tasse de café, de thé ou une boisson gazeuse.
Des intervenants feront le tour des écoles de la métropole avec l’affiche pour informer les jeunes sur les effets de ces boissons.

Être réveillé, mais à quel prix?
Dans notre société de performance, les boissons énergisantes permettent d’être au mieux de leur forme à toute heure du jour et de la nuit. C’est le cas d’un jeune rencontré à 4 h 30 du matin dans un restaurant ouvert 24 heures sur 24.
« Ce soir, je travaillais dans un bar, hier aussi, promotion toute la semaine. Donc, Red Bull, ça aide à rester réveillé », dit-il.
« Le matin, y’en a gros qui prennent ça avant de partir travailler. Le soir, c’est pour aller dans les clubs », remarque de son côté un employé d’un dépanneur de Montréal.
Bien qu’on doive les consommer avec modération, les boissons énergisantes ne sont pas des drogues au sens de la loi. Leur vente devrait être mieux règlementée, estime M. Fallu. Santé Canada souligne des irrégularités cardiaques et des effets neurologiques parmi les symptômes qui lui ont été signalés. Certaines boissons qui mélangent l’alcool à une forte dose de caféine seraient toutefois plus risquées, et on ne les vend qu’aux 18 ans et plus.
« Dans le cas des boissons énergisantes, le niveau de caféine est très élevé. Donc, les mélanges avec l’alcool vont cacher l’état d’ébriété de la personne» , affirme JessicaTurmel, coordonnatrice au GRIP.

Il ne suffit pas de consommer les boissons composées d’alcool et de caféine pour obtenir ce mélange explosif. Consommer une boisson énergisante
« normale » après une soirée à boire de l’alcool pourrait donner un effet identique.
L’Agence américaine de régulation des médicaments a justement décidé de bannir les boissons composées d’alcool et de caféine des États-Unis cette semaine.
Selon la Food and Drug Administration (FDA), elles représentent un danger pour la santé publique.
Sur son site web, Santé Canada met en garde la population contre les dangers potentiels de toutes les boissons énergisantes. Pour le moment, les enfants peuvent acheter sans problème les boissons énergisantes au pays, sauf celles qui contiennent de l’alcool
Voir : http://canadiensensante.gc.ca/enfants/?p=3311
.
D’après les reportages de René Saint-Louis et de Marie-Christine Valois

UNE VRAIE BOISSON ÉNERGISANTE-SANTÉ SÉCURITAIRE et bien cela existe, contactez-moi pour en savoir davantage  coachmaryse@gmail.com



This entry was posted in boisson énergisante, Énergie, horizontal and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

     

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>